La loi, la foi, l’héritage.

Nous avons besoin de connaître la Parole pour rendre nos prières efficaces, car elles seront basées sur la Parole de Dieu et non sur notre volonté.    Dieu dit : « Je veille sur ma parole ».

Jérémie 1:12  « Et l’Eternel me dit : Tu as bien vu ; car je veille sur ma parole, pour l’exécuter. »

Si nous demandons quelque chose à Dieu selon sa volonté, il nous écoute et nous répond.

1 Jean 5.14, 15  « Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée. »

Romains 4:13-16  « En effet, ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c’est par la justice de la foi. Car, si les héritiers le sont par la loi, la foi est vaine, et la promesse est anéantie, parce que la loi produit la colère, et que là où il n’y a point de loi il n’y a point non plus de transgression. C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous, » 

La promesse est faite non par la loi mais par la foi.

Paul veut nous communiquer la foi pour aller conquérir les promesses de Dieu. Elles sont comme les fruits de l’arbre. Si tu attends que le fruit tombe de l’arbre tu peux attendre longtemps. Mais si tu vas cueillir toi-même les fruits de l’arbre, tu montres alors que tu as la foi. Car la foi se démontre par les actes. (La femme a la perte de sang est allée cueillir le fruit de sa guérison). La foi sans les œuvres est une foi morte. « Montre-moi tes œuvres et je verrai si tu as la foi. »

Paul pose une hypothèse : Si c’est par les œuvres que nous sommes héritiers, alors la foi est inutile, sans valeur, car l’héritage devient accessible sur la base de la loi, sur la base du mérite. Ce n’est plus la foi.

Rm 4.2 :  « Si Abraham a été justifié par les œuvres, il a sujet de se glorifier, mais non devant Dieu. »

Il pourrait alors se vanter, mais il n’en est rien. Il est rendu juste à cause de sa foi et non de ses œuvres.

Rm 4.4:  « Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due. »

Le salaire d’un ouvrier est dû à la fin du mois. Il est mérité. Voilà l’image de la loi. Alors la promesse de Dieu serait annulée, car elle est avant tout une grâce, une faveur imméritée de la part de Dieu. Abraham n’a pas été choisi pour ce qu’il a fait. Car Dieu voulait démontrer l’expression de son amour à Abraham. Les promesses sont avant tout l’expression de l’amour de Dieu. La foi elle-même est un don, une grâce, une faveur que Dieu nous donne. La foi est un don de Dieu, car c’est Dieu qui a mis en nous la foi.

Eph 2.8 :  « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. »

Si l’héritage était donné sur la base du mérite, personne ne pourrait le recevoir. Rom 4 ;15 :  « …parce que la loi produit la colère, et que là où il n’y a point de loi il n’y a point non plus de transgression. »

La loi n’est pas pour justifier l’homme, pour le rendre juste. Si tu fais ceci tu seras béni…

Gal 3.10 : « Car tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction ; car il est écrit : Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. »

Voilà la loi. Elle doit être observée de À à Z. Si nous croyons devoir recevoir parce que nous avons beaucoup prié, beaucoup jeuné, si nous nous considérons comme fidèle, intègre et pensons devoir recevoir l’héritage grâce à ces choses, alors nous ne recevrons rien de Dieu. C’est par sa grâce que je reçois. C’est par sa grâce que je peux marcher dans la sanctification.

Là où il n’y a pas de loi, il n’y a pas de transgressions. A l’époque d’Abraham, la loi n’existait pas. C’est Moïse qui apporte la loi. La promesse de Dieu faite à Abraham n’est donc pas basée sur la loi mais sur la foi, sur la grâce.

Gal 3.7: « Reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d’Abraham. »

C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi. C’est un don gratuit, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité. C’est le plan de Dieu, que nous puissions entrer dans cet héritage.

Rm 4.16 : « C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous, »

Cela ne dépend plus de Dieu, de sa volonté. Il a montré que c’est sa volonté que nous soyons héritiers. Christ a porté la malédiction sur lui afin que les promesses soient accomplies en Christ. Cela dépend de vous, de moi pour pouvoir entrer dans notre héritage qui est à notre portée. Dans cet héritage il y a guérison, prospérité, délivrance, pardon, don du Saint-Esprit, nouvelle naissance, victoire sur les ennemis.

En Christ nous avons tout ce dont nous avons besoin. Les promesses que Dieu a données à Abraham, c’est là, notre héritage. 

Gal 3.2 :  « Voici seulement ce que je veux apprendre de vous : Est-ce par les œuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi ? »

Ce n’est pas sur la base de l’obéissance que Dieu a donné, mais sur la base de la foi. Et la foi amènera à l’obéissance.

Gal 3.5 -7 : « Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ?  Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice, reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d’Abraham. » Acceptons que ce sont ceux qui ont la foi qui ont l’héritage.

Gal 3.8-9 : « Aussi l’Ecriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : Toutes les nations seront bénies en toi !  de sorte que ceux qui croient sont bénis avec Abraham le croyant. »  La bénédiction sur les païens croyants est annoncée. Comptons donc sur la grâce de Dieu pour entrer dans cet héritage. Beaucoup connaissent la Parole, mais ne sont pas entrés dans leur héritage.

Dans le livre de Josué, Dieu a donné le pays à Israël, et Il le lui a dit. Mais le peuple a dû s’emparer du pays promis ou il y avait des géants. Pour entrer dans son héritage,  il a fallu un combat. C’est le combat de la foi. Tu n’y entreras pas les bras croisés. Comme la femme avec la perte de sang. Elle n’avait pas le droit d’entrer dans la vie, elle était exclue. Elle aurait pu se faire lapider. Mais elle a osé défier la loi et la foule. Elle a pris son héritage par la détermination. L’héritage que l’église doit avoir, elle va l’avoir dans le combat.

Rm 4.18 : « Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu’il devint père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité. » Espérant contre toute espérance… il y a une guerre à mener. Le combat d’Abraham est que, humainement c’était impossible. Je choisis de croire les circonstances ou les promesses de Dieu ? L’héritage m’appartient mais je dois entrer dans cet héritage. Le corps d’Abraham était usé mais il n’a pas considéré ça, ni la stérilité de Sarah. Il ne douta point.

Rm 4. 20-21 : « Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir. » Ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir. Ayons cette conviction. Demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez.

Rm 4.17 : « Je t’ai établi père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient. » Dieu donne la vie à ce qui est mort. Le corps d’Abraham était comme mort scientifiquement. Mais Dieu redonne la vie. Il est le Dieu de la résurrection.

Ta vie n’est pas arrêtée, les choses peuvent recommencer. Dieu est capable d’appeler les choses à l’existence. Abraham a cru Dieu malgré ce qui était devant ses yeux.

Dieu veut nous justifier dans les situations dans lesquelles nous sommes. Parce que nous décidons de croire malgré les combats.

He 11.1 : « Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. »

Espérons ce que Christ a obtenu pour nous à la Croix.

J.K